A présent nous avons tous la joie de pouvoir voler facilement, de prendre notre envol sans risque de nous brûler les ailes, grâce aux nombreux aéroclubs présents en France. La répartition géographique des inscrits aux  TAJP est la preuve même de la ferveur que suscite l’aviation !

L’édition 2009 du TAJP est celle de Louis Blériot, pionner de l’aviation, qui a traversé la Manche pour la première fois il y a seulement 100 ans ! Une petite présentation s’impose…

Louis Blériot (1972-1936), ingénieur de l’Ecole Centrale de Paris (promotion 1895) a réalisé son premier vol en 1907 sur un avion de sa conception.  Avant d’en arriver là, Louis Blériot était un brillant ingénieur qui avait réussi dans la fabrication de phares à acétylène pour l’industrie automobile, alors en pleine expansion. Grâce aux gains qu’il avait ainsi réalisés dans cette industrie naissante, Louis Blériot se lance dans la fabrication d’un premier modèle d’aéroplane, un oiseau mécanique à ailes battantes de 1,50 m d’envergure, qui vola en 1901. Il fera ensuite plusieurs tentatives de conception d’aéronefs, telles que celle du Blériot III, un grand biplan rectangulaire inspiré des dessins de Wright . L’appareil sera remorqué sur la Seine par un canot Antoinette mais capotera suite à un coup de vent.

Louis Blériot fonde en mai 1905 le premier atelier d’aviation français en collaboration avec Voisin. De cette association va naître le Blériot IV… mais celui-ci ne connaît pas de succès. Il sera ensuite équipé de roues pour devenir le Blériot IV ter.  En 1906, Louis Blériot décide de se pencher sur la question des moteurs. Il quitte alors Voisin après un an d’association et rejoint la société Antoinette.

Louis Blériot a fabriqué de nombreux modèles d'avions dont :

•Blériot V : construit en 1907, monoplan à aile de canard.

•Blériot VI : juin 1907, monoplan à ailes tandem, surnommé la Libellule. Il réussit quelques vols.

•Blériot VII : septembre 1907, monoplan entraîné avec un moteur Antoinette de 50 CV, hélice à quatre pales.

•Blériot VIII : construit en utilisant le Blériot VII entre février et juin 1908, il est proche par sa forme du Blériot XI, mais les ailerons de bord de fuite sont remplacés par des parties pivotantes. Le 24 novembre 1908, il est détruit.


A partir de 1907, Louis Blériot décide de piloter lui-même ses avions qui étaient précédemment aux mains  du contremaître Peyret. Après de nombreux changements apportés au fil des années sur les avions (profil des ailes, moteur, etc…),  Louis Blériot effectue le premier voyage touristique aérien, le 31 octobre 1908, de Toury à Artenay.

En mars 1909 il décide de fonder la société anonyme Blériot-Aéronautique basée à Courbevoie. Il propose des modèles monoplans à prix réduit entièrement montés autour d’un moteur Anzani de 35 CV ou vendus en kit et assemblés par le client. Il décide à cette époque de monter une opération destinée à promouvoir sa marque : la traversée de la Manche !

Louis Blériot se lance dans la conception d’un nouveau modèle en faisant en sorte de prendre un monoplan à empennage très réduit qui devait ainsi rencontrer une moindre résistance à l’avancement, et se contenter d’un moteur de même puissance que l’appareil de Wright. Le Blériot XI était un frêle appareil construit en bois et consolidé par des cordes à piano, les ailes recouvertes de papier parcheminé. Le moteur était un Anzani à trois cylindres en étoiles, et développait 25 CV. Cet appareil d’une envergure de 7 m. 20, après quelques améliorations, allait devenir le célèbre Blériot XI de la traversée de la Manche. L'appareil a volé 50 minutes à Juvisy avant de couvrir 46 kilomètres en 56 minutes entre Étampes et Orléans avant de traverser la Manche.


En juin 1909, il réalise le premier vol avec deux passagers (le Brésilien Santos-Dumont et le Français A. Fournier) dans son Blériot XII.

Le 3 juillet 1909, Louis Blériot participe au premier meeting aérien mondial au Champ d'aviation de la Brayelle avec son monoplan.

Le 25 juillet 1909, Blériot décolle près de Calais, à 4 heures du matin, pour la traversée de la Manche. Il rejoint Douvres en Angleterre après 37 minutes de vol et environ 38 Km. Sans doute un modeste vol pour le pilote, mais un grand saut pour la communauté aéronautique : Louis Blériot entre dans l’Histoire.

Louis Blériot s'installera ensuite à Buc sur 200 hectares où il implante son aérodrome privé puis, en 1913, une école de pilotage.

Il fut également le premier titulaire du brevet de pilote, délivré en France en 1910. Premier non pas ses exploits mais juste pour avoir été le premier sur la liste par ordre alphabétique !

Bien sûr le TAJP, qui célèbre les 100 ans da la première traversée de la Manche en donnant à cette promotion 2009 du TAJP le nom de ce pionnier qu’était Louis Blériot, n’a pas l’ambition de faire de l’ombre à ce grand nom de l’aviation, mais bien au contraire, place nos sélectionnés sous son ombre tutélaire.
Baptiser la promotion 2009 « promotion Louis Blériot » a pour objectif de rappeler aux passionnés que l’aviation a connu des évolutions spectaculaires en seulement un siècle et que nous devons le bonheur de voler à tous ces pionniers de l’aviation qui ont fait du rêve d’Icare une réalité.


Et la relève…


Pour donner un avant goût de ce TAJP 2009 voici quelques mots de quatre sélectionnés du tour, quatre jeunes « pionniers » contemporains qui constituent la relève …


Arthur :
“Arthur Léopold-Léger, 23 ans, né a Rouen, breveté à Vannes, je  vole sur des MCR à Darois ! Je pratique l’avion  depuis mon plus jeune âge grâce à mon père. J’ai aujourd’hui terminé des études d’ingénierie aéronautique à Londres.

Le tour est pour moi un moyen d’enrichir ma culture aéronautique, tant sur les aspects  pratiques et théoriques du vol, que sur les dimensions découvertes  humaines et géographiques.

Je vais faire le tour aux couleurs de Mécénat Chirurgie Cardiaque, et j’espère les aider à se faire connaître un peu plus et à récolter un peu plus de dons pour aider des enfants atteints de maladie du cœur. Mon site internet: www.miniducoeur.fr


Clément :
Je m'appelle Clément BERGO, j'habite Toulouse, la ville rose. Je veux devenir Pilote dans l'Armée de l'air et je passe actuellement les concours d'intégration. C'est cette passion qui m'a fait pousser à 14 ans les portes de mon Aéroclub.

Je souhaitais participer au Tour car ça semble être une superbe aventure remplie de rencontres et de découvertes. C'est aussi une très bonne occasion de mieux faire connaître l'aviation et de susciter des vocations ! Et bien sûr, pour faire ce que j'aime le plus : VOLER !!!

Ma passion c'est l'aviation et cela essentiellement car c'est une discipline qui exige rigueur et précision. Ces deux qualités sont à  la base des épreuves du Tour, je suis donc sûr de bien m'éclater ! »


Karine :
« Je me présente Karine Morel, 19 ans, pilote à l'aéroclub de Chateauneuf sur Cher. J'ai obtenu mon PPL en 2008, et vole actuellement sur un DR400-120.
J'ai toujours été intéressée pour faire le tour de France car plusieurs membres de mon aéroclub y avaient déjà participé et m'avaient raconté les moments inoubliables qu'ils avaient vécus.


Le TAJP représente beaucoup pour moi, car cela me fait connaître plein de jeunes tous aussi passionnés que moi par l'aéronautique.
C'est également un puissant moyen de me perfectionner en découvrant encore un peu plus l'avion sur lequel je vole. »


Maxime :
"Je m'appelle Maxime Bocquet, je fêterai mes 19 ans le dernier jour du Tour et je viens de finir ma première année de prépa scientifique à Lille, où je pilote depuis plus de 3 ans pour mon plus grand plaisir.

Je rêve d'intégrer l'Ecole de l'Air de Salon de Provence pour devenir pilote de chasse ou de transport Tactique.
 
Le Tour Aérien était aussi un rêve il y a 2 ans lorsque, trop jeune, je n'avais pu tenter les sélections. Cette année c'est une réalité!
Aventure, passion, perfectionnement et rencontres sont les moteurs de ma motivation pour ce Tour 2009 et l'idée de partager pendant 2 semaines cette aventure avec d'autres passionnés est tout aussi palpitante!
 
En plus, étant donné le tracé cette année, je pourrai vous faire découvrir à tous l'accueil chaleureux des Ch'tis le 27 juillet! "