Une petite présentation de notre hôte s’impose. L’aérodrome de la base est ouvert aux trafics privés également, IFR comme VFR sur préavis mais soyons clair : l’essentiel de l’activité de la base correspond à celle de l’école de pilotage. Dans cette école, les futurs pilotes de chasse ou de transport de l’armée de l’air, mais aussi d’autres armes, apprennent le pilotage de base..

Afin de présenter la base, une petite visite a été organisée dans la matinée. Les bleus ont été pris en charge par de jeunes élèves pilotes. Programme dense : rapide présentation du cursus, visite des simulateurs et  présentation de « ECATS » (EADS Cognac Aviation Training Services). Et, pour finir, une exposition statique accueille nos bleus.

Gros plan sur cette matinée « découverte » de la base. La base de Cognac accueille les élèves sortant de l’école de l’air ou des jeunes sélectionnés via le concours EOPN (Elève Officier Personnel Navigant). Ils suivent une formation initiale sur Grob 120 basée sur une soixantaine de missions. Suite à ce premier tronc commun, un conseil d’orientation a lieu et décide en fonction du classement des élèves et du nombre de places disponibles, qui sera affecté à la chasse ou au transport, en intégrant en outre les vœux formulés par les élèves officiers. Les jeunes aspirants n’ont pas beaucoup droit à l’erreur, seulement trois vols de rattrapage sont autorisés en cas d’échec à une épreuve. En gros, pour quelqu’un passant par l’école de l’air, la formation pour devenir pilote de chasse opérationnel dure entre 5 et 6 ans ! Comme quoi, n’est pas pilote de chasse qui veut !

D’ailleurs, un des bleus actuellement en première année à l’école de l’air, en a profité pour faire connaissance avec les futurs avions sur lesquels il sera formé. Timothée fait d’une pierre deux coups! Il participe au tour et peut en même temps se renseigner sur sa future carrière afin d’être au top lorsque le moment sera venu d’intégrer la base aérienne de Cognac.
Après ce topo sur la formation dispensée à Cognac, les élèves ont conduit tout le monde dans un des hangars de « ECATS ». Pour faire rapide, EADS et l’armée française collaborent. EADS fournit les Grob 120 et se charge de l’entretien de la flotte de formation (Grob120 et Epsilon) de la base aérienne de Cognac.
Un mélange civil / militaire plutôt efficace ! Mais un changement de culture pour pouvoir arriver à faire travailler ensemble une structure militaire et une structure civile. L’exposé fait a mis l’accent sur les opportunités et les difficultés de cette coopération qui a servi de modèle pour d’autres contrats.

Maintenant que les présentations sont faites, une petite visite du 1er EIV (premier escadron d’instruction en vol) s’impose, escadron auquel appartiennent nos guides, dénommés Claudius et Harry. Rassurez-vous, ce ne sont pas leurs vrais prénoms mais leurs surnoms ! Exemple : « Harry » est le surnom du lieutenant « Baud »… et pourquoi donc ? Pensez à la fameuse marque de bonbons que nous connaissons tous !

Rencontre surprenante près de l’escadron : un porc, bien gros, bien gras, dans un enclos. C’est la mascotte de l’escadron. Et figurez-vous que nous avons eu la chance de rencontrer ce fameux cochon ! Bien qu’il ne soit pas si enragé que ça, il est tout de même impressionnant. Le pauvre souffre en plus d’un petit peu d’arthrose…
Et pour finir cette belle matinée sur la BA 709, un petit tour sur l’exposition statique composée d’un Grob 120, d’un Epsilon et d’un Alphajet ! L’occasion pour nos bleus de discuter de ces beaux engins d’école avec les lieutenants qui les accompagnaient. L’opportunité aussi de se faire prendre en photo à la place du commandant de bord. Certains ne voulaient plus partir ! On les comprend… Mais il faut bien finir par aller casser la croûte.

Matinée dense, donc, mais l’après-midi s’annonce chargée. Les bleus vont reprendre des forces grâce à un bon repas entourés de militaires, qui leur racontent un tas d’histoires « aéro »…  Les bleus en prennent plein le ventre, plein les yeux et plein les oreilles !


Voir les photos de Cognac