Un seul mot pour définir le spectacle qui nous a été offert : éblouissant ! Une démonstration à couper le souffle, et malgré un fort vent (environ 25 kt au sol), les pilotes de la patrouille « Cartouche doré » offrent à toute la caravane du TAJP  un spectacle impeccable. Les clés de sol, les trèfles et les barriques s’enchaînent ! Ils maîtrisent parfaitement leur avion. La démonstration était commentée par le lieutenant Cyril Baston, resté au sol, rendant le spectacle encore plus captivant… Les bleus se sont également littéralement fait « mitrailler » par le sergent chef Michel JOUARY qui a eu la gentillesse de nous donner un lot de photos d’excellente qualité..
La patrouille «Cartouche Doré» fêtait cette année ses 20 ans d’existence. Patrouille de voltige de la BA 709, elle évolue depuis sa création en 1989 sur TB30 Epsilon. Les membres de la patrouille sont des instructeurs pilotes à l’Ecole de pilotage de l’Armée de l’air. L’entraînement et les vols de présentation s’ajoutent à leur activité d’instructeur. La particularité de cette patrouille est qu’elle n’est composée que de 3 avions, un quatrième  accompagne la patrouille pour tous les déplacements en cas de défaillance. Son pilote occupe la fonction de surveillant des vols et commente la présentation devant les spectateurs.
Tout ceci a fait rêver nos bleus…De là à ce qu’ils se lancent dans un vol en patrouille de 44, une première dans l’histoire de France, nous préférons ne pas envisager cette occurrence ! Gageons, qu’après une telle présentation, ils sauront au moins gérer le vent de travers  dans leurs prochains vols !


Trêve de plaisanterie, cette après-midi, nos jeunes pilotes avaient à effectuer leur seconde boucle notée par équipage de deux. Jusqu’au dernier moment la météo nous aura fait des frayeurs ! Rien n’était sûr pour nos bleus et le ciel est resté menaçant une bonne partie de la journée.  Barriques et trèfles de la patrouille « Cartouche Doré » ne sont pas recommandés, il va tout simplement falloir réussir à tenir son cap malgré un  vent persistant.

Que de vent au décollage ! Quelques sueurs froides pour certains qui vont devoir changer d’avion car le leur est en panne… Gros stress mais tout le monde a finalement pu partir ! Cela aura coûté aux marrons de sortir l’Antonov du hangar… Mais quelle joie de voir deux bleus soulagés de pouvoir enfin décoller malgré la panne de leur avion initial. La navigation est assez courte, une heure trente au total. Les premiers partis arrivent déjà que les derniers sont en train de décoller. Les impressions sont globalement bonnes. « C’était trop facile » dit Guillaume, enthousiaste.

Visiblement tout le monde est satisfait de sa navigation. Les équipages s’entendent bien et aucun conflit n’est à signaler dans les avions. Le vent n’a finalement posé aucun problème sérieux… et les jeunes ont hâte d’aller au grand cocktail d’adieu !

Demain la caravane prend la direction de Vannes.