Les candidats doivent  être sur la base militaire de Cognac au plus tôt au risque de rester « scotchés » à St Yan pour une journée de plus, voire deux. C’est alors le début d’un branlebas de combat, un vrai «  scramble » de la grande époque ! Rapidité et efficacité sont alors les maîtres mots  des jaunes et marrons pour assurer le départ en un minimum de temps.

« Der Gueneral Kommissair » explique la situation aux bleus lors du briefing de 08h00. Rapide topo sur la météo, résumé simple :  il ne faut pas traîner. Distribution des casse-croutes, explication de la procédure de départ, du déroulement de la navigation et des déroutements éventuels, au final le premier avion peut partir dès 09h00.

Malgré quelques écarts par rapport au dispositif rêvé de départ, tout le monde  peut partir sans encombre. Au vu des conditions météo qui risquent de fortement se dégrader, la partie de la navigation qui devait être notée à la base est donc annulée et les candidats se dirigent directement sur Cognac. Une fois tout le monde en l’air, les commissaires peuvent rester en contact avec les bleus via une fréquence radio dédiée au tour. Il faut pouvoir communiquer avec les autres avions notamment en vue de gérer les dépassements, et divers petits problèmes de fréquences ou de trajectoire.  Au final, tout le monde arrive sans aucune difficulté sur la base militaire de COGNAC. Et là,  grand changement de décor ! ça c’est un sacrément drôle d’aéroclub !

Les avions du tour sont accueillis par une armée de « parkeurs » ! Nous sommes à présent loin du parquet des vaches…mais ne pourrions-nous pas à présent parler de parquet des militaires ? A vous d’en juger !

Découverte de la base militaire

Les installations de la base sont impressionnantes.  Il n’y a qu’à voir la taille du hangar dans lequel sont abrités pas moins de 22 avions de la caravane du TAJP auxquels s’ajoutent l’Antonov et le Stinson. Tout le monde est impressionné. Sans compter que lors de notre arrivée, quatre Epsilons étaient en cours de vol pour leur entraînement quotidien.

Une fois tout le monde au sol, les organisateurs comme les bleus, les participants  sont accueillis par le colonel Perroux, qui est venu  souhaiter la bienvenue à la caravane du tour.

Ensuite, le KG effectua un petit débriefing de la navigation St Yan -Cognac. Rien à signaler, tout s’est bien déroulé, sauf quelques mises au point à faire sur l’ordre des départs et le KG est plutôt satisfait de nos jeunes ! Quel soulagement pour tout le monde !
La base militaire donne des ailes aux bleus ! En effet, à peine arrivés, ils n’avaient plus qu’une envie, faire en sorte que les avions du tour soient au top. Imaginez donc l’effet cumulé de la combinaison et de la base militaire…
L’Antonov en profite largement et brille à présent de mille feux ! C’est la raison pour laquelle il est  mis à l’intérieur du hangar…en effet, il ne faudrait pas éblouir les avions militaires, et encore moins leur faire de l’ombre.  Euh … en fait, le vent annoncé et la possibilité d’un orage de grêle expliquent un nouveau « scramble » pour mettre toute la flotte du TAJP dans des hangars et hangarettes que nos amis militaires nous mettent gentiment à disposition.

Pendant ce temps …d’autres préfèrent  s’entraîner au lever de bras traditionnel du tour sur l’immense tarmac de la base militaire. N’oublions surtout pas que : le tour donne des ailes ! Pour d’autres, il est temps « d’assoir son autorité ». C’est bien beau de voler, mais c’est qui le boss du tour ? Bon un défi est laissé…réussir à faire la même chose avec un jaune ! Cette étape à C
ognac nous fait déjà de grandes promesses ! Malgré la météo, qui s’annonce mauvaise demain, les bleus pourront peut-être effectuer leur seconde boucle en fin d’après-midi.