Chronique du 23 juillet : Luxeuil – Le Touquet


 

Les faits du jour

Le programme matinal est respecté.

Tout le monde est sur le terrain. A 9H00,.qu’est-ce qui se passe ? Vous le savez maintenant : c’est l’heure du briefing.

Mais aujourd’hui, la météo n’est pas avec nous, le verdict du Docteur Denis : «Arrivée de la pluie dans la soirée en raison d’une perturbation qui arrive sur la Bretagne. Les départs sont avancés pour assurer les atterrissages avant la pluie».

Finalement tout le monde est bien arrivé au Touquet, sans aucune difficulté, la pluie ayant mis plus de temps a arrivée, les avions ont pus se poser dans les temps. Vers la fin de l’après midi, les avions de légende tel le B 17 ou les Vampires arrivent et commencent leurs entraînements. Déjà les yeux des jeux sont grands ouverts et les appareils photos flash dans tous les coins… En attendant le dimanche pour le vrai meeting, les jeunes, les commissaires et les organisateurs sont conviés à un dîner dans le hangar du club, puis direction les hôtel pour un bon gros dodo et être OP pour accueillir la PAF (Patrouille Aérienne Française).

Le programme matinal est respecté … enfin pour l’essentiel : on est parti !.

Tout le monde est sur le terrain. A 9H00, le briefing commence. Mais aujourd’hui, la météo n’est pas avec nous, le verdict du Docteur Denis : arrivée de la pluie dans la soirée en raison d’une perturbation qui commence à se faire sentir sur la Bretagne. Les départs sont avancés pour assurer les atterrissages avant la pluie. Scramble ! >Tout le monde est véhiculé par rotation jusqu’aux avions. L’organisation Tour Aérien + l’organisation militaire : c’est le duo gagnant !

Fréquence sol 122.10, puis la tour 123.30. La radio murmure la douce symphonie des échanges radio, comme on les aime dans l’aviation. Tout s’enchaîne parfaitement : les mises en route en bon ordre, le roulage, l’attente au point d’arrêt, le passage  radio avec la tour, et on s’aligne sur la 29 pour une longue navigation vers le Touquet, ou Amiens pour ceux qui sont un peu courts en pétrole.

Alerte sur la BA116

Les premiers décollages ont lieu sans problème. Au décollage, le passage du radar primaire donne un bip bien net dans les radios. Et plus si affinité !

Bingo ! 3 avions ont leur balise de détresse qui est déclenchée par le fort environnement magnétique des infrastructures, du moins c’est l’hypothèse la plus probable, mais la discussion est toujours en cours !

Toujours est-il que le candidat 50 et un avion commissaire doivent faire demi-tour. Dans l’avion commissaire, la balise de détresse délivre une telle puissance que plus aucun contact radio n’est possible pour cet appareil, qui affiche alors sur son transpondeur le code  de panne radio 7600. Pas de problème. Du moins en terme de sécurité, mais ce petit incident perturbe singulièrement les départs. L’appareil sans radio est parfaitement suivi au radar grâce à son code transpondeur 7600 (panne radio) mais tous les départs sont mis en attente et la file au point d’arrêt 29 s’allonge : c’est Chicago O’hara International Airport. Les contrôleurs militaires sont non seulement «top pro» mais en plus «super sympa». Tout se fait dans le calme, et même avec une très grande amabilité. Une vraie leçon pour les jeunes du Tour aérien. Un troisième avion aura sa balise de détresse qui se déclanchera plus tardivement dans la journée.

Cependant comme des balises de détresse ont été activées, un hélicoptère a pris l’air pour se diriger vers les sources d’échos et porter secours aux présumé s «en détresse». Mais comme il ne s’agit que d’un dysfonctionnement technique, tout le monde au sol peut donc apprécier le  ballet de l’hélicoptère au-dessus du tarmac quand les avions concernés se reposent pour désactiver leur balise.

Au sol, les militaires assistent les quelques avions qui ont des petits soucis mécaniques (pneu mal gonflé, batterie un peu faible) et le Colonel Néret donne des instructions à ses équipes pour assurer le meilleur départ possible.

Vers 12H00 tout le monde est en l’air. Merci au Colonel Néret et au personnel de la BA116.

Escale « pétrole à Amiens »

Le Commissaire Général, se pose le premier à Amiens, tandis qu’un autre avion commissaire dépose Nicolas, contrôleur à Orly «dans le civil », qui va assurer l’AFIS à Amiens le temps de l’escale des 19 avions qui vont avitailler.

Et c’est parti pour le ballet des avions à la pompe. On perturbe un peu la sortie des planeurs du club. Mille excuses, les jeunes sont un peu «cablés » sur leur avitaillement et créent une longue file devant les hangars. Nicolas met bon ordre à tout cela, tout le monde sur l’herbe avant et après l’avitaillement.

Certains équipages profitent de l’escale pour s’avitailler eux-mêmes et l’escale technique se transforme en escale gastronomique pour quelques instants (voir photos).

 

Arrivée au Touquet

Finalement tout le monde est bien arrivé au Touquet, sans aucune difficulté sur le parcours. La pluie ayant mis plus de temps à arriver, les avions ont pu se poser sans encombre et même sous un timide soleil voilé mais dans des conditions aéronautiques tout à fait correctes.

Les candidats à peine posés, peuvent admirer l’arrivée des avions du meeting : Mirage, Tornado, Corsair. Vers la fin de l’après-midi, les avions de légende tels le B 17 , le Mustang ou les «Vampire» continuent d’arriver et tous commencent leur entraînement. Déjà les yeux des jeunes sont grands ouverts et les appareils photos crépitent dans tous les coins…

Un petit incident au roulage pour le Boeing Stearman, mais rien de grave : un taxiway en herbe mal pavé, et hop un en attendant le dimanche pour le «vrai» meeting, les jeunes, les commissaires et les organisateurs sont conviés à un dîner dans le hangar du club, puis direction les hôtels pour un bon gros dodo et être «total OP» pour accueillir la PAF demain matin (Patrouille de France, voir leur site).

 

Au programme … «théoriquement» c’était ça, en gros ça le fut, et ça vous donne une idée du timing qui, at the louche, a été respcté

-          8H30 arrivée des jeunes et Organisation sur la base aérienne de Luxeuil

-          9H00 à 10H15 Briefing des jeunes pilotes sur la base, salle briefing.

-          10H30 Premier décollage des Jeunes pour liaison vers Le Touquet

-          10H30 Distribution sachet repas pour les jeunes pilotes et commissaires.

-          13H00 Dernier décollage de Vesoul

-          13H00 Première arrivée au Touquet

-          16H30 Dernière arrivée au Touquet

-          14H00 à 17H00 initiation Voltige aérienne avec Paul  & Florence au Touquet pour un certain nombre de jeunes.

-          17H00 à 19h30 entraînement de certains avions meeting

-          18h30 à 19H30 Briefing Débriefing

-          20h00 à 21h30 repas sur l'aérodrome (buffet)

-          21H30 Hébergement des Jeunes à Berck sur Mer

-          22H00 22H30 Hôtellerie (commissaire & organisation) - Hôtel sur ETAPE sur Mer et Stella-plage en voiture.

 

Les détails du jour :

Les photos du jour

Le parcours du jour : Luxeuil – Le Touquet

Voir l'information officielle sur  le site de la base.

Voir le  site consacré au meeting de la BA116

Voir un site consacré à la BA116

 

Revenir au menu d’accueil

 

Revenir au sommaire des articles

 

Revenir au jour précédent

Passer au jour suivant